Les beaux jours reviennent et les jardineries sont prises d'assault.

C'est l'appel du jardin !

Le sol, fondement de la vie,  est un allié indispensable : 95 % de ce que nous mettons dans notre assiette vient du sol.Et pourtant ...il n'est pas inépuisable. Alors, que faisons-nous pour le préserver ? 

 

origine des aliments

 

En proclamant 2015 "Année internationale des sols", l'ONU pose le problème de la dégradation des sols dans le monde.

2015-sols

L'Année internationale des sols vise également à accroître la sensibilisation et la compréhension de l’importance des sols pour assurer la sécurité alimentaire et permettre à l’écosystème de remplir ses fonctions essentielles.

Quel est l'état des sols en 2015?

On constate un appauvrissement  généralisé des sols. Or ils sont essentiels pour l’humanité.

Selon l'organisation internationale, un tiers des sols au niveau mondial sont dégradés.

« Si rien n’est fait, le total des terres arables et productives par personne en 2050 représentera seulement le quart du niveau de 1960. » affirme José Graziano da Silva, directeur général de la Fao.

Le travail des sols (entendre, labourage, fertilisation etc…) contribue à la minéralisation de la matière organique car la faune microscopique qui vit en profondeur et se nourrit des racines mortes disparait. Grâce à ces organismes (bactéries, champignons, ver de terre qui représentent un quart de la biodiversité de la planète), le sol est en mesure de se former, de maintenir des cycles de matières et des flux d’énergie entre l’atmosphère, les nappes phréatiques et la couverture végétale. Sans cette faune, les sols s’encrassent, s’épuisent et meurent.

sols-sous-arbre-dessin-drilosphere

Les sols  jouent un rôle capital dans la biodiversité, le cycle du carbone, le stockage ainsi que la filtration de l’eau.

La demande massive de l’irrigation est responsable de la majorité de la désertification des sols dans le monde. Quand un sol est sain et en bon état, on a moins de problème  de pollution des nappes phréatiques et de l’air en seraient nettement diminuer. Les sols peuvent agir un puits de gaz à effet de serre ou comme émetteur de ces gaz. Tout dépend de la façon dont les sols sont gérés. Il y a un lien très fort entre les sols et le climat.

Les engrais favorisent la minéralisation des matières organiques car trop d’ azote par rapport au carbone. Les champignons vont disparaitre, c’est la dégradation biologique d’un sol. Quand il n’y a plus de matière organique, la faune disparait car elle n’a plus rien à manger. Or les animaux remontent constamment les matières organiques du sol. On entre en dégradation chimique des sols, les éléments vont se  lessiver et vont partir dans les rivières. Quand il n’y a plus d’humus, ne restent que les argiles qui disparaissent  en coulées de boue dans les rivières dès qu’il se met à pleuvoir.

Claude Bourguignon, ingénieur agronome, nous révèle la sauvagerie de l'agriculture moderne :

 

Quels changements faudrait-il opérer pour développer une production agricole durable sur des sols sains ?

 

Sol

 

Sachant qu’entre 200 et 1000 ans sont nécessaires pour former 2,5 centimètres de sols, la gestion durable des sols devient indispensable d’autant plus qu’elle est moins coûteuse que la restauration

La FAO indique que nous stockons 2.6 fois plus de carbone dans les sols qu’il n’y a dans l’atmosphère.Une augmentation du stock de matière organique serait très bénéfique sur notre atmosphère.

Un labour dégage 1 tonne de gaz carbonique à l’hectare. Dès qu’on cesse de labourer et on produit en semis direct sous couvert, le sol peut stocker entre 2 et 5 tonnes de gaz carbonique à l’hectare.

Le semis direct sous couvert est une culture plein champ qui consiste à implanter une culture intermédiaire entre la moisson et le prochain semis. Il n'y a donc aucune intervention mécanique de travail du sol (ni labour, ni hersage) entre la récolte de la culture précédente et le semis de la suivante. La destruction du couvert se fait naturellement, la seconde culture prenant le pas sur l'intermédiaire.

conservation776_cle055ab8-a27dd

Il a été calculé que si tous les agriculteurs du monde changeaient leur mode de gestion des sols et passaient en semi direct sous couvert, le taux de gaz carbonique baisserait de 40% !!!

En France, 1200 agriculteurs pratiquent le semis direct sous couvert.

Infographie

Pour lutter contre la dégradation des sols, des méthodes de réintégration de l’arbre dans les systèmes agricoles ont été testées avec succès dans le monde entier. Il s’agit donc de re-découvrir ces savoir-faire (prés-vergers, haies vives…), et de les combiner avec des techniques plus récentes (forêt comestible) pour nous appuyer sur le rôle aggradateur de l’arbre, et inventer l’agriculture de demain !

agroforesterie776_cle07dd19-d7dc2

Sur des parcelles de petites tailles, une des façons les plus simples pour éviter à une terre de s’éroder est de la nourrir : l’utilisation de déchets domestiques compostés reste une des méthodes les plus utilisées.

Comment ça se passe chez vous ? Utilisez-vous un composteur ? Quelles sont vos bonnes pratiques pour préserver le sol de votre jardin ?

 

Sources :

http://www.sols2015.ch/

http://www.consoglobe.com/2015-annee-internationale-des-sols-cg

http://www.terre-net.fr/observatoire-technique-culturale/strategie-technique-culturale/article/2015-annee-internationale-des-sols-217-107667.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Semis_direct_sous_couvert